Danser en petite culotte !

Blog girly à moustaches

Infusions, macérâts, mucilages et pourcentages – Infusion d’amla et sidr à 5% – Test AZ : Amla/Sidr

21 Commentaires

Il est fréquent que l’on me demande à quoi correspond exactement ce genre d’appellation : « Infusion d’aubépine et de Reine des prés à 1% ».
Comme leur utilisation est fréquente, que ce soit sur ce blog ou ailleurs, je me suis dit qu’un petit point de rappel pourrait aider…

Déjà, il faut savoir que, quelle que soit l’appellation en question (mucilage, macérât, infusion), le % s’applique à la plante, à l’actif :

Un macérât aqueux d’aubépine à 2% signifie qu’il contenait avant la macération 2% d’aubépine.

Une infusion d’aubépine/reine des prés  à 1% signifie qu’1% de plantes ont infusées.

Un mucilage de carraghénane à 0.5% signifie qu’il contient 0.5% de gomme carraghénane.

Une petite illustration avec une infusion que je teste actuellement pour mon visage : linfusion à 5% d’Amla et de Sidr.

J’ai déjà évoqué ici les vertus nettoyantes, apaisantes et embellissantes du Sidr pour les cheveux (de nouvelles recettes bientôt!). Je suis définitivement conquise, donc il ne me manquait plus qu’à le tester sur ma peau 🙂

Pour la peau, voici ses propriétés :

  • Astringent et nettoyant, il est utilisé pour soulager les problèmes de peau.
  • Riche en mucilages et apaisant, il calme les démangeaisons.

Mon amoureux a la peau grasse et quelques imperfections, je suis sujette aux imperfections en période de stress ou de règles, mais nous avons également la peau sensible, donc ses vertus apaisantes me paraissaient parfaites pour un soin à la fois astringent (donc anti-points noirs) et apaisant.

En ce moment, nous sommes tous les deux très fatigués, avec un teint un peu plus terne, qui ne demande qu’à être purifié en douceur. C’est pourquoi je me suis intéressée à l’Amla, dont les propriétés sont les suivantes pour la peau :

  • Tonique et astringente, elle illumine le teint, nettoie et purifie la peau.
  • Anti-âge, elle régénère le tissu cutané.

Combinées dans une infusion, elles ont donc des vertus toniques, illuminatrices, nettoyantes, purifiantes, astringentes, anti-âge et apaisantes. Vous pouvez utiliser cette infusion seule comme tonique (je recommanderais ceci dit, avec explications à l’appui, l’ajout d’agents humectants, hydratants et anti-déshydratants pour plus de douceur, ce dont toutes les peaux ont besoin) ou l’insérer dans la phase aqueuse d’une émulsion ou de tout autre produit.

Pour plus de facilité d’exécution, je recommande d’infuser les plantes ayurvédiques à 5%. En effet, à ce pourcentage, les effets sont bien présents, et on ne se retrouve pas avec de la « boue » insupportable à filtrer comme c’est le cas à 10%. Je teste actuellement plusieurs poudres ayurvédiques, les recettes très bientôt, dès la fin de tests concluants!

Comme je le disais plus haut, une infusion à 5% signifie qu’il y a 5% de poudres (ici moitié-moitié). S’il y a 5% de poudres et de l’eau, il y a donc 95% d’eau.

Donc pour 100g d’infusion environ (n’oubliez pas qu’il y a toujours de la perte, prévoyez donc toujours plus d’infusion que ce dont vous aurez besoin, par précaution), il y aura 2.5g d’Amla, 2.5g de Sidr, 95g d’eau.

Pour 200g environ, il y aura 5g d’Amla, 5g de Sidr, 190g d’eau.

Pour 50g environ, il y aura : 1.25g d’Amla, 1.25g de Sidr et 47.5g d’eau.

Si cela vous paraît avoir été écrit en chinois, je vous recommande de faire un tour ici.

Ingrédients (pour 400g d’infusion environ)

2.5% soit 10g de Poudre de Sidr
2.5% soit 10g d’Amla
95% soit 380g d’eau filtrée bouillante

Une infusion, qu’elle soit de plante ou de poudre, se prépare selon le même protocole :

Désinfectez mains, contenants et ustensiles. Pesez le pourcentage de poudres/plantes correspondant. Versez de l’eau minérale ou filtrée bouillante sur les poudres/plantes, mélangez bien, puis laissez infuser 15mn avant de filtrer.

Petite note : Les plantes ayurvédiques ne sont pas évidentes à filtrer. J’avais beaucoup entendu parler du filtre en tissu des Essentielles de Cristine. J’ai fini par en faire l’acquisition, car mon filtre à café permanent (vous pouvez également utiliser un bas, ou un filtre à café en papier) est très efficace pour les plantes, mais les poudres restaient en dépôt, malgré de nombreux passages.

Il est possible de le remplir à moitié, de faire un petit cône en serrant fort avec les doigts, puis de le « presser » pour plus de rapidité, en revanche, avec les poudres ayurvédiques, cette technique laisse passer un peu de poudre au premier filtrage, comme avec le filtre permanent, tout en prenant plus de temps. J’ai donc mis en place le processus qui me semblait le moins chronophage et le plus efficace.

Voilà comment je procède : dans un premier temps, je filtre avec le filtre à café permanent. Ensuite, je filtre une seconde (parfois une 3e) fois avec le filtre en tissu. Pour les liquides très aqueux, il me fallait un système simple pour que le filtre tienne seul pendant que je verse le liquide. Je suis donc entrée en mode McGyver pour me fabriquer ce système.

Cela m’a demandé quelques instants à mettre en place et c’est très pratique, une petite photo de la bête :

Filtre

Le dépôt visible est dû au fait que la photo était ma 1e tentative de 1er filtrage avec le filtre en tissu, d’où le second filtrage.

Il s’agit d’un vase droit Ikea, et du filtre, tenu par un élastique à cheveux légèrement distendu (pour celles qui connaissent, les basiques larges noirs H&M). La méthode fonctionne très bien avec un verre assez haut et large (j’ai utilisé le vase car il s’agissait d’un gros volume de liquide. J’ai bien évidemment nettoyé et désinfecté le vase. Cela coule lentement, n’hésitez pas à remuer doucement en raclant les bords avec une cuillère désinfectée, les poudres ont tendance à rester en masse au fond et ralentir le processus.

Si vous souhaitez conserver l’infusion, un macérât aqueux ou un mucilage (bref tout produit similaire avec une phase aqueuse, si la base est huileuse, mettez de la vitamine E pour la conservation), toujours suivant le principe des pourcentages, les proportions seront les suivantes :

99.4% d’infusion/mucilage/macérât aqueux
0.6% de Cosgard

Le tout à mettre dans un contenant désinfecté.

Et voilà 🙂

N’hésitez pas si certaines choses ne sont pas claires ou toute autre question!

Publicités

Auteur : Danser en petite culotte

Hédoniste touche-à-tout, j'ai voulu partager mon amour pour les cosmétiques, la cuisine, la photo, le dessin, la couture... et pour tous les autres menus plaisirs que la vie peut apporter, comme de danser en petite culotte!

21 réflexions sur “Infusions, macérâts, mucilages et pourcentages – Infusion d’amla et sidr à 5% – Test AZ : Amla/Sidr

  1. Très instructif 🙂
    Merci

  2. C’est super bien expliqué ! Bravo !

  3. Pour moi qui suis débutante cela permet de me rafraîchir la mémoire (bien que je me suis fais coacher il y peu de temps 😉 lol
    et de continuer à apprendre !
    Merci pour ton travail, ton partage et ta « grande » patience. 🙂
    Flora

  4. Pingback: Une mousse devenue lait | Amour & Malice

  5. Merci beaucoup pour cet article très instructif.

    Je souhaite mettre du cosgard dans l’infusion pour la conserver comme tu l’indiques à la fin de l’article. Si ensuite j’utilise cette infusion « conservée » pour réaliser une crème, comment est-ce que je calcule le 0,6% de cosgard de mon produit final ? Dois-je seulement calculer 0,6% de tous les autres ingrédients de la recette sans prendre en compte l’infusion ?

    Par ailleurs, je suis un peu perdue avec tes calculs :
    « Donc pour 100g d’infusion environ (…) il y aura 2.5g d’Amla, 2.5g de Sidr, 95g d’eau. » –> OK, jusque là je te suis 😉
    « Pour 200g environ, il y aura 5g d’Amla, 5g de Sidr, 180g d’eau. » –> Je commence à être perdue. Ne serait-ce pas plutôt 190g d’eau ?
    « Pour 50g environ, il y aura : 1.25g d’Amla, 1.25g de Sidr et 42.5g d’eau. » –> Ne serait-ce pas 47,5g d’eau ?

    J’arrête là avec toutes mes questions de calcul et pourcentage 😉 Merci d’avance pour ta réponse.

    • Mais mais!! Tu as complètement raison! Merci!
      Il arrive parfois quand je fais des calculs exemples que je ne me vérifie pas, et apparemment je devrais!
      Tu as tout à fait raison, dans le 2e, c’est 190g, et dans le 3e 47.5g, je vais changer ça dans l’article.
      Merci encore!

      • Coucou Laetitia,

        Je reviens avec ma première question . Si l’on met du cosgard dans une infusion dont on va ensuite se servir dans une crème, comment calcule-t-on le % de cosgard dans le produit final ? Dois-je seulement calculer 0,6% de tous les autres ingrédients de la recette sans prendre en compte l’infusion qui contient du cosgard ? (Dis moi si je ne suis pas très claire 😉 )
        Merci pour ta patience et tes réponses 🙂

      • Ah oui pardon!
        Hormis si tu ne souhaites pas conserver ton infusion, tu peux mettre du Cosgard dans les 2 : si tu n’en mets que de l’infusion, le problème c’est que tu auras 0.6%, même l’infusion représente 90% de ton produit, ça n’en fera toujours pas 0.6% au final.
        Alors que si tu en mets 0.6% de la prépa totale, au pire tu seras un peu au-dessus des 0.6% de base, mais a priori toujours dans la fourchette de max 1% sur la prépa totale 🙂 (si je suis claire?)

  6. oui tout à fait claire 🙂 Merci.

  7. Merci pour cet article, j’étais complètement dans le flou au sujet des infusions!
    J’ai quand même une petite question pratique : comment fais-tu pour stériliser/désinfecter tes filtres en papier ou en tissus!!! ils sont en contact avec la préparation donc comment faire?

    • Bonjour Emilie, bonne question!
      Ceux en papier, ce n’est pas possible. Pour ceux en tissu, je les fais bouillir pendant 20-30mn.
      Tu peux aussi faire bouillir l’infusion aussi longtemps afin d’être sûre qu’elle soit clean au possible 🙂

      • Merci pour toutes ces info –> je vais investir dans les filtres en tissus !! 🙂
        Faire bouillir si longtemps l’infusion plutôt que la laisser reposer, ça ne risque pas de dénaturer les composants actifs? Est-ce que je me pose trop de questions?
        (un peu phobique de la préparation HM nid à champi et bactéries)

      • C’est un risque potentiel, effectivement, mais le problème des infusions est justement que ce sont par leur nature des nids à bactéries/champignons. Donc vu que je suis un peu phobique aussi, je préfère perdre potentiellement en actifs mais gagner en décontamination. Après, ça reste un choix personnel 🙂

  8. Dommage, le lien vers les filtres en tissu des essentiels de Christine n’est plus valide !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s