Danser en petite culotte !

Blog girly à moustaches


18 Commentaires

Focus tensioactifs & foamer #2 : Nuage de coco sucré – Lamesoft PO65 (Douceur de coco) – Recette de base de mousse nettoyante – Partenariat DMN

Vous vous souvenez de mon article sur la formulation de mousse à base de decyl glucoside? 

Je vous en avais promis d’autres. Mais les circonstances n’ont pas été mes meilleures alliées. J’ai bouché l’un de mes foamers en tentant de faire une mousse exfoliante. Mr DPC a mis deux d’entre eux au lave-vaisselle. Et DMN, mon fournisseur préféré pour les foamers (de contenance 200ml! <3) est en rupture de stock! MAIS j’ai continué de me procurer petit à petit des tensioactifs à tester, et ai profité dune commande Aromantic pour commander une fournée de foamers (malheureusement ils n’en font pas en 200ml) pour reprendre mes petites expérimentations!

Je commande également chez DMN pas mal de mes tensioactifs, j’aime le choix qu’elle propose et le fait que je puisse m’y procurer du Beta (dont je vous parlerai bientôt plus ;-)). Et bien entendu la qualité est toujours au rdv! Cet article sera donc en partenariat avec Dans ma nature!

Vu la douceur du nuage de mousse de sucre, j’ai voulu tester un autre glucoside, toujours non ionique donc,  le coco glucoside. Si ma dernière phrase vous donne le sentiment de lire du chinois, cliquez ici! Je me suis cependant d’abord intéressée au mélange détergent ET relipidant que vous trouverez sous différentes appellations (notamment la Douceur de coco ou le Lamesoft PO65) de coco glucoside et glycéryl oléate.

Le glycéryl oléate n’est pas un tensioactif, c’est un ester relipidant à base d’acide oléique (probablement d’huile d’olive donc). Il permet de relipider la peau au moment du lavage, limitant l’assèchement et la déshydratation dus au lavage. Une mousse à base de ce mélange sera donc très douce et peu agressante, parfaite pour les peaux sensibles, sèches ou déshydratées. 

Le coco glucoside (que l’on trouve également seul sur le marché) est comme le decyl glucoside un tensioactif très doux. D’après les fiches fournisseurs que j’ai pu trouver, j’ai le sentiment qu’il est moins moussant que le premier, mais plus doux. Mais de prochaines expérimentations nous en diront plus 😉

En attendant, aujourd’hui, nous partons à l’attaque du Lamesoft PO65 (Douceur de coco)!

Ca n’a pas été une expérimentation de tout repos!

Bon, déjà, la texture est très épaisse, d’une douce nuance de jaune. Pour la manipuler, j’ai dû utiliser des pipettes pour plus de facilité.

Ensuite, il semble plus dispersible que soluble dans l’eau, du moins à froid (à tenter à chaud donc, les TA se mélangent de toute façon mieux, et cela permet parfois d’épaissir un mélange type gel douche/shampooing).

Enfin, je vous laisse lire la 1e partie de l’expérience.

J’ai décidé de systématiser mes expériences, c’est à dire de créer un protocole précis permettant de mesurer au moins visuellement les différences entre les TA.

Chaque mélange fait 25g, et contient de la Volvic, et 1% de conservateur (j’ajoute toujours plus de conservateur dans mes prépas 100% aqueuses, comme dans mes produits qui restent dans la salle de bains et subissent donc des chaleurs assez importantes, pour plus de prudence). Les photos sont prises après avoir obtenu une mousse (si possible) et déposé dans le même verre 4 poussées de chaque prépa.

Le Lamesoft PO65 (Douceur de coco) s’utilise entre 1 et 5%. J’ai donc testé d’abord 1%, 3% et 5%.

Mes craintes sûs-mentionnées étaient fondées : il n’est pas utilisable comme tensioactif primaire (= comme seul TA).

Voyez plutôt :

2014-05-31 18.19.13

 De gauche à droite, les formules :

Essai No1

98% d’eau
1% de Lamesoft PO65 (Douceur de coco)
1% de Geogard 221 (Cosgard)

Essai No2

96% d’eau
3% de Lamesoft PO65 (Douceur de coco)
1% de Geogard 221 (Cosgard)

Essai No3

94% d’eau
5% de Lamesoft PO65 (Douceur de coco)
1% de Geogard 221 (Cosgard)

Je ne me suis pas laissée démonter (la cosméto HM demande bien plus de persévérance, si je m’étais arrêtée au 1er échec à chaque fois, je n’en serais pas bien loin ^^). J’ai donc décidé de commencer à tester également les tensioactifs secondaires. Comme je n’ai pour le moment qu’un seul TA primaire dans ma testothèque, je me suis donc attelée au test decyl glucoside/Lamesoft PO65.

Comme les deux TA sont très doux et que le Lamesoft PO65 (Douceur de coco) mousse vraiment peu, j’ai choisi de l’ajouter aux 12% de decyl glucoside (Mousse de sucre).

Voici les résultats :

2014-05-31 18.46.36

De gauche à droite, les formules :

Essai No1

87% d’eau
12% de decyl glucoside (Mousse de sucre)
1% de Geogard 221 (Cosgard)

Essai No2

86% d’eau
12% de decyl glucoside (Mousse de sucre)
1% de Lamesoft PO65 (Douceur de coco)
1% de Geogard 221 (Cosgard)

Essai No3

84% d’eau
12% de decyl glucoside (Mousse de sucre)
3% de Lamesoft PO65 (Douceur de coco)
1% de Geogard 221 (Cosgard)

Essai No4

82% d’eau
12% de decyl glucoside (Mousse de sucre)
5% de Lamesoft PO65 (Douceur de coco)
1% de Geogard 221 (Cosgard)

La douceur apportée (ainsi qu’un ajout de crémeux à la texture) se ressent dès l’ajout d’1% de Lamesoft PO65 (Douceur de coco)! En revanche, à l’utilisation, je trouve que l’essai No3 est le plus agréable. Plus crémeux que l’essai No2, mais pas aussi « lourd » que le No4.

Voici donc la recette de base du

Nuage de coco sucré

Ingrédients pour 150g (environ 150ml)

84% soit 126g d’eau
12% soit 18g de decyl glucoside (Mousse de sucre)
3% soit 4.5g de Lamesoft PO65 (Douceur de coco)
1% soit 1.5g de Geogard 221 (Cosgard)

Protocole

Nettoyez-stérilisez-désinfectez contenant-matériel-plan de travail-mains. Mélangez le Lamesoft PO65 au decyl glucoside (cela permet une meilleur solubilité du Lamesoft PO65 dans l’eau à froid, je n’ai pas testé à chaud pour ne pas fausser le protocole). Ajoutez l’eau et le conservateur. Mélangez doucement (pour ne pas faire mousser le mélange). Enflaconnez!

Résultats

Une mousse douce et crémeuse, parfaite pour les peaux sensibles, déshydratées ou sèches!

Bien entendu, cette recette de base peut être utilisée selon vos envies et besoins avec différents ingrédients!
Pour avoir des idées, et savoir lesquels influeront sur la texture de votre mousse, je vous renvoie au premier article sur le sujet 😉

Cela vous a plu?

Si oui, n’hésitez pas à suivre DPC sur Facebook ou sur Hello Coton!

Publicités


20 Commentaires

Focus technique : Spray hydratant – Recette de base

Les sprays hydratants sont à la fois simplissimes et tellement utiles qu’il fallait que j’écrive un article dessus!

En effet, malgré leur simplicité, je rencontre souvent des débutants un peu paniqués face à la multitude de recettes disponibles sur la blogosphère. Et c’est tellement dommage car en réalité, il y a peu de produits aussi simples à faire.

Spray hydratant – Recette de base

Ingrédients

86-97.5% de liquide de base
1-6% d’actif(s) hydratant(s)
0.5-5% d’agent(s) humectant(s)
0-2% de « parfum »
1% de conservateur

Protocole

Nettoyez-stérilisez-désinfectez mains-plan de travail-contenant-matériel. Ajoutez les ingrédients puis mélangez et enflaconnez. C’est tout!

Tips DPC

* Il est possible d’ajouter les ingrédients directement dans le contenant, à condition de finir par le conservateur, qui sinon attaquera le contenant s’il est en plastique.
* Le pH idéal se situera autour de 4.5. Modifiez-le si ce n’est pas le cas!

Comment utiliser cette recette?

Tout dépend de vos besoins : un spray hydratant peut servir tant pour la peau que pour les cheveux.

Nous abîmons et donc déshydratons toute la journée notre peau et nos cheveux : frictions (vêtements, lavage, coiffage), temps (changement de temps, environnement à fort/bas taux d’humidité, intempéries, soleil…), facteurs environnementaux divers (produits cosmétiques, colorations, décolorations, plage,…).
Concrètement, à chaque fois que vous vous grattez, passez la main dans les cheveux, les attachez, les coiffez, les séchez, les lissez, mettez ou enlevez des vêtements, les mouillez ou simplement les laissez en contact avec l’air, vous les abîmez un peu. Evidemment, c’est relatif. Je n’insinue pas que se faire une déco et s’attacher les cheveux sont agressifs avec la même intensité. Juste que même si vous ne les lavez pas, votre peau et vos cheveux ont plein de raison d’être déshydratés. C’est là qu’un spray hydratant peut devenir utile.

À quoi ça sert?

Pour les cheveux :
* maintenir l’hydratation de vos cheveux même sans autre soin
* les réhydrater après un shampooing, un lissage ou séchage au sèche-cheveux (ou avant pour un spray thermo-protecteur par exemple avec des actifs adaptés),
* les démêler s’ils sont coriaces et avec les bons ajouts

Pour la peau :
* en temps que tonique avec les bons ajouts
* avant l’application d’une huile (l’huile n’hydrate pas, et tous les types de peau/cheveux ont besoin d’hydratation)
* après l’avoir nettoyée/gommée/démaquillée

Ca c’est du produit polyvalent!

Si je vous en parle avec ferveur, c’est parce qu’apporter de l’hydratation à ma peau et mes cheveux a été LE déclic qui a vraiment fait une différence pour ma peau, comme pour mes cheveux. Pour la peau, c’est plus passé par ajouter des humectants et hydratants à tous mes produits. Pour les cheveux, par le spray hydratant suite à une discussion avec Caly sur le groupe Facebook AZENCa change vraiment la donne!

Il est adapté à tous les types de peau/cheveux, et nécessaires pour les cheveux : secs, déshydratés, abîmés, crépus, bouclés. Dans le cas de sécheresse importante (comme pour les cheveux crépus ou bouclés), l’application d’un lait ou d’une crème capillaire pourra être couplée ou remplacer le spray, afin de nourrir ET hydrater.

Les pourcentages indiqués dans la recette de base ne sont pas fixes pour coller au maximum de type de peaux/cheveux.

Comment choisir les pourcentages?

Ce sera une question d’expérimentation, comme souvent en cosmétique HM!

Une bonne base serait pour :

* peau/cheveux (sauf secs) non déshydratés : 1-2% d’humectant(s) + 2-3% d’hydratant(s)
* peau/cheveux (sauf secs) déshydratés : 2-3% d’humectant(s) + 3-4% d’hydratant(s)
* peau/cheveux secs peu déshydratés : 3-4% d’humectant(s) + 4-5% d’hydratant(s)
* peau/cheveux secs déshydratés : 4-5% d’humectant(s) + 5-6% d’hydratant(s)

Tips DPC

* Note : je n’ai jamais eu « à faire » à des cheveux crépus en HM, mais je pense que l’on peut aller au-delà de ces pourcentages qui restent indicatifs.
* Si la peau tiraille, elle est déshydratée.
* Idem si les cheveux semblent secs malgré une routine complète adaptée.

Qu’est-ce que je mets dans mon spray?

Là ça devient encore plus créatif, il y a tellement de choses que l’on peut mettre dans un spray hydratant!

La base peut être :
– de l’eau
– une infusion ou un macérât aqueux
– du jus d’aloe vera
– un ou plusieurs hydrolat(s) adapté(s)
– du Stearamidopropyl dimethylamine (Conditioner Emulsifier) fondu au préalable dans de l’eau avec un peu d’acide citrique/lactique (cf fiche technique)

Comme pour vos crèmes, vous pouvez y mettre tous les ingrédients aqueux.

Les agents hydratants sont nombreux, que ce soit pour la peau ou les cheveux, c’est donc en fonction de vos stocks ou de vos envies! Avec mes chouchous : l’urée pour la peau, la provitamine B5 pour les cheveux.

Pour les humectants, le top 3 pour moi :
– glycérine
– sodium PCA (moins visqueux que la glycérine)
– lactate de sodium

Ils sont tous trois très efficaces. Caly préconise également l’érithrytol et le Lubragel que je ne connais pas encore.

Pour le parfum, il n’y a que les extraits aromatiques et certaines fragrances parfois qui sont hydrosolubles.

Puis-je ajouter autre chose à mon spray?

Bien sûr!

Ces ajouts doivent évidemment être hydrosolubles!

Pour des peaux/cheveux secs ou déshydratés (autrement il faut limiter les ajouts filmogènes sous peine d’un effet carton voire d’un spray bouché) :
– de la poudre de yaourt (0.5-1%)
– de la poudre de lait (amande douce, jument, lait de beurre…) (1-3%)
– du mucilage de lin ou de carraghénane (2-10%)
– du gel d’aloe vera (2-10%)
– des protéines (2-5%) : avoine/blé pour les peaux/cheveux secs (qui manquent de film et apprécieront ces grosses molécules), soie pour les autres types
– du lait végétal (avoine, coco…) : je n’ai jamais testé mais limiterais le pourcentage à 10% maximum pour des peau/cheveux très secs/déshydratés : on veut quelque chose de léger pour un spray!
… Et j’en oublie sûrement!

Pour tous types de peau/cheveux :

– du miel (1-2%)
– des actifs démêlants (Honeyquat, Polyquat 7…)
– tous vos actifs pour peau/cheveux chouchous hydrosolubles!

Note : Ici encore, les pourcentages dépendent de votre type de peau/cheveux : plus c’est sec et déshydraté, plus vous pouvez y aller!

Et si je veux quand même ajouter de l’huile? une fragrance? une huile essentielle?

Dans ce cas-là, utilisez un solubilisant (Polysorbate 80, Solubol…) ou un dispersant pour les toutes petites quantités (Polysorbate 20, Disper…). Mélangez les produits huileux avec le dispersant/solubilisant avec les proportions indiquées sur les fiches techniques de vos produits. Ajoutez le mélange au reste des ingrédients aqueux. Limitez le pourcentage, hormis pour les cheveux secs et déshydratés, encore une fois, on cherche à formuler ici un produit qui reste léger.

Tip DPC

* RESTEZ SIMPLE! Un spray à 50 ingrédients ne sera pas meilleur qu’un simple spray avec des ingrédients bien choisis et bien dosés. La cosméto HM ne suit pas la règle de « plus un produit est bourré en actifs, plus il est efficace ». Le spray de la recette ci-dessous est à la fois simplissime et efficace.

Et pour finir cet article, une illustration par l’exemple!

Spray hydratant simplissime pour cheveux mixtes déshydratés

2014-06-05 21.32.00

Ingrédients pour 100g ou 100ml environ

91% soit 91g d’eau minérale
3% soit 3g de Sodium PCA
1% soit 1g de Complexe Hydratation Intense
2% soit 2g de Panthénol
1.5% soit 1.5g d’extrait aromatique de mangue
0.5% soit 0.5g d’extrait aromatique de fruit de la passion
1% soit 1g de Cosgard

Protocole

Nettoyez-stérilisez-désinfectez mains-plan de travail-contenant-matériel. Ajoutez les ingrédients puis mélangez et enflaconnez. Ajustez le pH si nécessaire. C’est tout!

Résultat

L’odeur est super, la douceur sucrée de la mangue couplée avec l’acidulé exotisme du fruit de la passion, j’adore! Evidemment c’est un peu moins présent sur les cheveux mais laisse toujours un voile fruité agréable. Pour le spray en lui-même, comme mes autres sprays, il est très bien absorbé par les cheveux, dont les pointes sont plus douces, et mes jolies boucles légères peuvent se former.
Hier, je l’ai aussi testé sur la peau de mon visage (mixte-normale, sensible, déshydratée ++ par des tests émulsifiants), c’était un chouia collant d’abord, mais ça lui a fait un bien fou!
N’hésitez pas après la piscine, une journée à la mer etc, quand la peau tiraille, 2mn après ma peau était toute douce et ne tiraillait plus du tout 🙂

Tip DPC

* Toute la recette est substituable bien entendu! J’ai choisi de tester 3% d’humectant + 4% d’hydratant et parfumé avec 2% d’extraits aromatiques. 3% de glycérine + 4% d’urée auraient été très bien aussi par exemple 😉
* Le sodium PCA fait un tout aussi bon job que la glycérine, mais avec l’effet visqueux et légèrement collant potentiel moins prononcé! J’en utilise un peu moins que d’habitude ici car le CHI en contient un peu.


44 Commentaires

Focus : Tensio-actifs et foamer #1 : Nuage de mousse de sucre (Recette de base de mousse nettoyante)

J’ai des projets plein la tête ces derniers mois… L’un d’entre eux était celui d’explorer les formules de mousses nettoyantes en foamer. Je suis folle amoureuse de cette mousse Caudalie depuis des années. C’est le seul et unique produit que j’ai trouvé qui puisse nettoyer ma peau mixte et sensible en profondeur mais tout en douceur.

Lorsque j’ai commencé mes recherches approfondies, je me suis aperçue que les formulations n’avaient rien à voir entre elles, sans compter le manque de photos pour avoir une idée du rendu final. Un peu embêtant sachant que j’étais à la recherche d’un fini similaire à mon produit chouchou : dense, douce, toucher propre mais qui ne tiraille pas.

J’ai donc dû mettre ma casquette de scientifique en herbe (une de mes préférées!)  et faire moi-même mes essais. Je le fais depuis des années, mais cette fois-ci, j’ai décidé de vous faire part de mes résultats, et de vous offrir ce que je n’ai pas trouvé moi-même mais qui m’aurait été bien utile : un tutoriel sur les mousses nettoyantes, avec recettes de base incluses, pour laisser place à votre créativité 😉

Ce post sera complété au fur et à mesure de mes recherches et de mes expérimentations. N’hésitez pas à partager vos propres expériences pour le compléter, on est toujours plus efficace à plusieurs cerveaux!

Pour commencer, j’ai pris chacun de mes tensio-actifs et les ai testés un par un, pour avoir une idée de leur effet sur la peau ainsi que le genre de mousse obtenu. J’ai commencé cette série par la Mousse de sucre, car c’est celui qui répondait le mieux à mes critères. Il est très doux, la mousse obtenue est abondante et dense, il laisse la peau douce, non agressée. 

Il ne me restait plus qu’à tester différents dosages de la bête pour avoir une recette de base. Il s’utilise de 3 à 30%. Mes recherches m’ont conduite à conclure que les TA à fort pouvoir moussant n’ont pas besoin d’un pourcentage élevé pour avoir une belle mousse avec un foamer. Le dosage le plus fréquent que j’ai trouvé pour la Mousse de sucre ou la Mousse de babassu était autour de 7%. J’ai donc choisi cette valeur comme premier test. Dans un premier temps, je ne voulais pas tester un pourcentage très élevé car je me doutais que je n’en aurais pas besoin. Il est important de limiter les TA, surtout pour le visage, mon but était donc de trouver le pourcentage minimal nécessaire.

J’ai donc choisi des écarts de 5%, mes expériences m’ayant poussée à conclure qu’il faut au moins 4% de différence entre 2 dosages pour noter une différence entre deux mousses.

Ce qui m’a donc donné 3 mousses que vous pouvez voir ici :

De gauche à droite : 7%, 12% et 17% de Mousse de sucre

De gauche à droite : 7%, 12% et 17% de Mousse de sucre

Formule à 7%

Le résultat que vous pouvez voir m’a demandé bien plus d’appuis sur le foamer pour un volume de mousse similaire aux deux autres. La mousse est assez peu dense, peu riche, retombe vite. On reste sur sa faim après l’utilisation, l’application n’est pas des plus agréables (pour mon référentiel à hauts standards hein!). Ceci dit, la peau reste douce et propre après application, un peu rougie du manque de matière au savonnage.

Formule à 12%

Coup de coeur! La mousse est assez riche, dense, ne retombe pas. L’application est aérienne, un régal, tout en  douceur. La mousse reste généreuse même lors du savonnage. La peau reste douce et propre.

Formule à 17%

La mousse est plus dense, presque lourde, donc est moins aérienne, retombe un peu. L’application est agréable, peut-être un poil un peu riche à mon goût. Et surtout, elle m’a laissé la peau tiraillée, un peu rougie.

Conclusions

Il y a définitivement une différence significative entre les formules à 7 et 12%, et ma préférence va clairement à la formule à 12% qui, sans être aussi détergente, agressive que celle à 17%.

Recette de base de mousse nettoyante
Nuage de mousse de sucre

Ingrédients pour 100g

87.4% soit 87.4g d’eau
12% soit 12g de Mousse de Sucre
0.6% soit 0.6g de Cosgard

Protocole

Désinfectez/stérilisez plan de travail-matériel-contenants-mains. Mélangez les ingrédients doucement, pour ne pas créer de mousse. Transvasez le mélange dans un flacon foamer.

Vous voilà donc avec une recette de base que vous pouvez customiser selon vos envies et besoins.

Mais avant de vous laisser partir, je voulais ajouter quelques petits tips pour formuler vos mousses nettoyantes :

Je recommande vivement une utilisation systématique de glycérine. Cela adoucit considérablement les produits nettoyants. Dosage : 2-5% pour tous les types de peaux hormis les peaux sèches, 5-8% pour les peaux sèches, matures, déshydratées ou sensibles.

Comme dans tout produit, le complexe HHA est nécessaire pour nettoyer votre peau en douceur.

Certains ingrédients cassent la viscosité de la mousse comme les huiles (je déconseille l’usage des HV en général, même les sèches, et même à petits pourcentages, la mousse est toute raplapla), certaines fragrances… Pensez à vérifier les fiches techniques avant de les ajouter!

Si vous tenez à l’ingrédient en question, vous pouvez ajouter des produits qui augmentent la viscosité de la mousse pour contre-balancer cet effet comme : le gel de psyllium, le mucilage de carraghénane, le miel, ou tout autre actif aqueux épais comme le gel d’aloe vera AZ. J’ai découvert chez ma copine Natacha la mousse de miel, qui me fait de l’oeil, car elle me semble idéale pour les peaux sensibles. Limitez cependant ce genre d’ingrédients, le foamer a besoin d’un liquide pour fonctionner, un gel le boucherait. Je suis pour l’instant montée jusqu’à environ 30% de liquide visqueux (TA inclus) sans problème, tout comme ma copine Amélie qui est montée ici jusqu’à 27% de liquides visqueux, et AZ de leur côté qui proposent une recette avec 50% de TA! Donc vous avez de la marge, mais allez-y mollo (d’autant que les TA sont détergents, ce qui ne fait pas du bien à votre peau)  😉

Certains ingrédients ne doivent pas passer le pas de la porte de vos formulations. Pas parce qu’ils portent des baskets (mouhahaha), mais parce qu’ils boucheront le mécanisme. Il s’agit des poudres ou tout autre ingrédient non hydrosoluble, ainsi que les gommes (il est possible cependant d’ajouter un mucilage de gomme en tant que liquide visqueux, cf. plus haut), puisque celles-ci transforment votre préparation en gel…

N’hésitez pas à remplacer l’eau par une infusion, un macérât aqueux, un hydrolat, etc… adapté(e) à vos besoins et vos envies, les seules limites sont celles de votre imagination 😉

Et pour finir, un exemple de formulation pour une peau mixte, sensible et déshydratée en partant de la formule de base :

63.4 % infusion d’aubépine
12% mousse de sucre
6% glycérine
5% urée
3% miel
5% MSM
5% gel d’aloe vera
0.6% Cosgard

Et un lien où vous trouverez de l’inspiration pour prendre soin de votre peau efficacement en fonction de son type et de son état.

N’hésitez pas à partager vos expériences ou poser d’éventuelles questions 😉